Qu’est-ce que je mets en place dans ma vie pour être plus fort émotionnellement ?

 

Depuis le 26 septembre, j’ai décidé de me lancer un nouveau défi en participant à un carnaval d’articles sur les émotions organisé par Matthieu Verne, je vous invite à visiter son site Cliquez ici.

Voici le sujet de la dissertation (Ah ça me rappelle de bons vieux souvenirs du bac !) “Qu’est-ce que je mets en place dans ma vie pour être plus fort émotionnellement ?”.

Ok mais vous allez me dire, c’est quoi un “carnaval d’articles”?

C’est tout simplement un regroupement d’articles écrits par plusieurs personnes ayant un blog sur un sujet lancé par l’organisateur. Il y a un mini cahier des charges à respecter comme un nombre minimum de mots, une date butoir à respecter, pour celui-ci nous avons jusqu’au 15 octobre 2017 à 23h59 pour publier notre article. Ensuite, l’organisateur récence tous les articles pour créer un mini book en pdf et qui sera à la disposition de nos chers lecteurs respectifs. C’est une manière de partager un sujet qui nous tient à coeur et de le faire savoir à un plus grand nombre, comme on dit “L’union fait la force”, “Seul on avance mais ensemble on va plus loin”.

Ca tombe bien nous venons de terminer le défi 3 sur “ Je ne procrastine plus et j’affronte mes peurs avec succès”.

émotions

Cela va faire maintenant plus de 20 ans que je m’intéresse à ce sujet mais sans trop savoir comment m’y prendre à l’époque, jusqu’au jour où j’ai été confrontée à une émotion qui s’appelle la “tristesse” suite à une rupture amoureuse. A l’époque, j’étais encore une étudiante fragile, qui ne s’aimait pas, qui n’avait pas trop confiance en elle et surtout qui était la championne pour camoufler ses émotions quand ça n’allait va pas ! Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle “le déni” comme beaucoup de personnes peuvent l’être sans le savoir. Par exemple, lorsqu’on me posait des questions sur mon état, je répondais à côté de la plaque avec une telle conviction “tout va bien, t’inquiète !” tu sais ce genre de réponse polie qu’on a tendance à mettre “en pilote automatique”, dans mon for intérieur, je devais me dire ”Tristesse moi ? connais pas ! même pas mal !”. Un jour en me voyant toujours aussi triste et démunie, une de mes soeurs me proposa d’aller faire une retraite au Village des Pruniers (en Dordogne), je ne savais même pas de quoi ça parlait “ une retraite pour apprendre aux jeunes à vivre en pleine conscience”, dans ma tête de cartésienne, je me disais “ cela ne peut pas être pire que ce que je suis en train de vivre actuellement” alors j’ai accepté.

premier pas Ce premier pas a été le début de tous mes autres pas pour apprendre à identifier ce qu’est une “émotion désagréable” et comment l’apprivoiser pour garder cette paix intérieure dont nous aspirons tous ! Je vais vous dévoiler dans quelques instants mes astuces sur “ comment canaliser les émotions même les plus douloureuses et tenaces”.

Ce désir de changement a été d’une importance capitale pour moi car j’avais découvert pour la première fois de ma vie “comment prendre soin de mes émotions” ! Waooh, une découverte EXTRAORDINAIRE du haut de mes 22 ans, je me disais à l’époque “je ne comprends pas pourquoi on ne me l’avait pas dit plus tôt, ni à l’école ni à la maison ?! why ?!”

Depuis cette retraite, cette découverte ( Bien sûr j’en ai fait d’autres depuis) d’ailleurs j’en ai même fait mon métier en tant que formatrice et kinésiologue. Aujourd’hui, j’aide les personnes à mieux comprendre pourquoi il est URGENT de prendre soin de son enfant intérieur, d’être à l’écoute de ses émotions, d’apprendre à les canaliser pour ne plus être envahi lorsqu’elles pointent leur bout du nez.

émtions Que nous dit la définition du Larousse sur l’émotion ? :

“Réaction affective transitoire d’assez grande intensité, habituellement provoquée par une stimulation venue de l’environnement.”

Intéressant, cette définition nous parle de “réaction affective transitoire”, “d’intensité” provoquée par quelque chose d’extérieur à nous c’est-à-dire de notre “environnement”.

Donc la bonne nouvelle c’est qu’une émotion :

– n’est pas permanente mais juste temporaire.

– est stimulée par quelque chose d’extérieur, cela ne nous appartient pas ! Vous pouvez vous dire :  “ Je ne suis pas cette émotion ! ” en l’associant à cette métaphore “ c’est comme un nuage ça vient et ça repart…”, rien n’est permanent et l’impermanence les enfants l’ont très bien compris, un coup leur jouet est une voiture puis se transforme en avion…C’est nous “adulte” qui sommes conditionnés et enfermés dans “nos pensées”, à vouloir vivre comme si tout était permanent.

Voyons voir comment procéder pour transformer vos émotions désagréables en quelque chose de plus acceptable :

Imaginez qu’un enfant vienne vous voir pour venir jouer avec lui alors que vous êtes occupé à faire autre chose. Comment réagissez-vous ?

1. Vous pensez qu’en ignorant sa demande, il va vous laisser tranquille.

2. Il revient à la charge et vous l’ignorez toujours en espérant que cette fois-ci il va vous laisser tranquille.

3. Vous commencez à être irrité, et vous vous fâchez contre lui car il vous réclame une réponse à sa question que vous avez classé “sans suite” sans le lui dire.

Avec un peu d’honnêteté, êtes-vous irrité contre lui ou parce que vous n’avez pas le temps ou pris le temps pour solutionner cette situation ?

En fait, nos émotions peuvent parfois se comporter comme cet enfant. Elles viendront toujours à la charge si vous ne prenez pas un temps pour lui expliquer.

Vous allez me dire, ok c’est bien beau tout ça mais “comment je peux faire quand la situation se présente ?”

Appelons un “chat un chat” :

1. Apprendre à identifier et écouter une émotion qui est en train de vous envahir grâce au ressenti de votre corps (“est-ce que j’ai le coeur qui bat fort”, “ai-je les mains moites”…)

2. Reconnaitre sa présence : ‘’est-ce une émotion agréable ou désagréable ?

3. Lui créer un espace pour qu’elle puisse s’exprimer, en fait, c’est lui donner un temps de parole pour savoir ce qu’elle a à vous dire, comme cet enfant.

4. Prendre soin de son émotion c’est la reconnaitre, l’accepter et lui témoigner de la gratitude d’avoir osé venir vous titiller sur ce qui ne va pas. Prendre soin de son émotion, c’est aussi lui demander de partir maintenant qu’elle a été entendue et câlinée (embrassez votre émotion négative c’est déjà reconnaitre qu’elle existe) dites-vous que vous n’êtes pas cette “émotion”.

Un excès d’émotions comme la joie, la tristesse n’est pas forcément bon pour notre santé alors vous pouvez apprendre à les canaliser par le biais de la méditation, de la respiration, du yoga, de l’auto-suggestion…Trouvez ce qui vous convient, pour cela il va falloir d’abord “expérimenter, essayer pour l’adopter”.

Grâce à toutes ces pratiques qui existent depuis la nuit des temps, vous allez pouvoir aiguiser votre outil au quotidien et apprivoiser vos émotions pour qu’elles deviennent des alliés et non des ennemis à abattre.

Nous pouvons tous apprendre à mieux vivre avec ces émotions, ces situations, ces changements qui surviennent dans notre vie mais cela demande 3 choses importantes :

Une volonté pour sortir de votre zone de confort

– Du courage pour affronter vos peurs

– Une discipline !

astuce Voici comme promis mes astuces pour canaliser mes émotions et être plus en phase avec moi-même :

Méditer tous les jours m’aide beaucoup à avoir les idées beaucoup plus claires même si ce n’est pas le but de la méditation. Savez-vous que nous avons plus de 60000 pensées par jour ? alors apprendre à s’arrêter permet à notre petit vélo dans la tête de faire une MEGA PAUSE. Pour les débutants, ce ne sera pas toujours facile car le hamster dans la tête continuera toujours à courir mais c’est en pratiquant que l’on devient plus confiant.

Créer des rituels pour prendre rdv avec moi-même. J’adore me lever tôt chaque matin avant la tribu et allumer une bougie, de l’encens avant de m’assoir sur mon coussin de méditation. Dans ce silence, je me sens en communion avec moi-même puis disponible pour les autres.

– Lorsque je sens qu’une émotion m’envahie avant une réunion, une prise de parole en public, je respire profondément 3 fois en gonflant mon ventre et je me dis “ Je sais que tu es là ma peur mais je ne suis pas cette peur, je n’ai pas le temps de prendre soin de toi mais promis je le ferai en rentrant alors maintenant si tu veux bien partir ce serait TOP, je te remercie ”.

J’inspire, je suis calme, j’expire, je lâche-prise (dans ce contexte utilisé) , mais vous pouvez utiliser les mots qui vous conviennent.

Visualiser une situation m’aide aussi beaucoup comme dirait mon prof de yoga “tout est parfait”.

– Prendre soin de mon corps et de mon alimentation tout en gardant le mot plaisir en tête ! Dans la psychologie bouddhiste, nous parlons de pensée juste-parole juste-action juste”.

– Lire tous les jours à voix haute des affirmations positives pour l’ancrer dans mon subconscient. Le cerveau ne fait pas la différence entre ce qui est réel et ce qui est imaginaire.

Choisir les personnes avec qui j’ai envie d’être, un environnement sain et positif est très important pour garder le moral lors d’un changement. Des personnes négatives peuvent être toxiques sans le savoir car elles vous communiquent leur peur.

– Avoir le courage de changer, d’en parler pour être accompagné par un professionnel bienveillant mais pas complaisant.

– Continuer à apprendre, à se former pour tendre vers son “Soi authentique” .

J’espère que cet article vous aidera à :

– Regarder et accepter vos émotions différemment,

– éclairer votre chemin parcouru

– vous élever un peu chaque jour avec du courage et de la discipline.

Je vous invite à terminer cet article avec une pointe d’humour. Savez-vous que les émotions ont un impact sur notre corps mais que le corps également pouvait avoir un impact sur nos émotions ? La science s’est penchée sur cet effet.

Voici l’illustration de Charlie Brown, le héros des bandes dessinées de Peanuts de Charles Shultz.

Traduction :

“Ca c’est ma posture déprimée”

“Quand on est déprimé, la façon de se tenir fait toute la différence.”

“La pire chose à faire, c’est se tenir bien droit, les épaules dégagées, parce qu’on commence tout de suite à se sentir mieux”.

“Pour vraiment profiter de sa dépression, il faut se tenir comme ça….”

Pour nos amis mal-voyants, Charlie Brown montre à son amie la posture à prendre pour être déprimé (Il est debout, la tête complètement baissée regardant le sol).

A vous de choisir votre posture et vos émotions !

depression

Du fond du coeur, je vous souhaite d’être la personne que vous désirez ETRE. Exister est un fait, vivre est un Art.””Avec la joie, tout est possible”.

My Thien Nguyen

Pour aller plus loin : Le livre de Thich Nhat Hanh “La colère” : Transformer son énergie en sagesse

Cliquez ci-dessous :

____________________________________________________________________________________

Comme promis, voici le mini Book qui vient de voir le jour, hier 8 Novembre 2017 !

(17 participants + moi)

Cliquez sur l’image pour télécharger ce mini book de 75 pages !

Un grand Merci à Matthieu Verne d’avoir recensé nos copies car c’est un vrai travail de chef !

NB : Partagez-nous vos astuces ! Si cet article vous a plu, laissez-moi un commentaire cela me fera plaisir de vous lire ou partagez-le avec des personnes que vous aimez pour élever nos consciences.

Partage de l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *